18 avril 2015

La couleur des sentiments de Kathryn Stockett


A propos de l’auteur :
Kathryn Stockett est une écrivain américaine, connue pour son livre La couleur des sentiments. Avant de publier ce premier livre, elle travaillait dans un magazine à New York. 

La couleur des sentiments lui prit cinq ans avant d'être achevé.  Elle y aborde les relations entre les patronnes Blanches et les bonnes Noires dans le Mississipi des années 60, en s'inspirant de son propre vécu dans la région.

Le livre fut rejeté par soixante agents littéraires avant que Susan Ramer en prenne la charge. A sa publication, 10 millions de copies furent vendues. Il fut également dans la liste des Best-Seller de New York Times pour plus de 100 semaines.
Source : Wikipedia.

L'histoire :

En 1962, au Mississippi, les foyers de Blancs emploient couramment une  bonne Noire. Malgré la proximité avec laquelle vivent les deux ethnies, les préjugés ont la vie dure.

Dans ce contexte délicat, une jeune femme Blanche, Skeeter, rêve de devenir écrivain. L'unique maison d'édition acceptant de lui donner une chance, lui demande de publier sur un sujet qui la touche.

Marquée par l'amour de sa propre bonne, elle décide d'interviewer deux Noires, Aibileen et Minny, afin de faire connaître au monde la condition d'une bonne Noire travaillant pour une patronne Blanche. 

D'abord réticentes et méfiantes, Aibileen et Minny acceptent de l'accompagner dans ce projet dangereux.
Mon avis :

La couleur des sentiments  est un roman raconté  via trois narrations internes : Skeeter, une jeune Blanche, ainsi que deux bonnes Noires : Aibileen et Minny.
Stockett sait très bien raconter une histoire : son écriture est fluide et se lit d'une traite ! Le livre est également divertissant dû à un léger humour mais aussi grâce à ses personnages attachants.

La bonne Aibileen a une tendresse infinie pour les enfants et nous décrit la situation entre les Blancs et Noirs avec des yeux sages. Quant à Minny, elle est plus méfiante et n'aime pas se mélanger aux Blancs. A ses yeux, les limites sont réelles. Enfin, Skeeter est le personnage qui grandit le plus le long du livre. Au départ, elle sent la présence des injustices. Mais ce n'est qu'après l'entreprise de son projet d'écriture qu'elle fait face à la réalité de l'autre. Suite à cela, impossible pour elle de fermer les yeux, quitte à tout perdre.
San Augustine, Texas, 1943. 
Photographie de Vachon John.

Malgré l'attachement pour les personnages, je regrette un manque de profondeur car certains d'entre eux restent à la limite de la caricature. Par exemple, Celia, reste un personnage superficiel 
bien que j'adore son caractère maladroit, peu conventionnel. Une certaine incohérence se présente également : comment expliquer qu'une  femme ayant vécu dans la pauvreté du Sugar Ditch, e puisse pas se débrouiller seule pour du café alors qu'elle peut se battre ? 
De même, Hilly m'insatisfait. D'un côté, j'aime le fait que malgré son racisme, elle reste une mère des plus aimantes, ce qui nuance son personnage. Mais de l'autre, je la trouve également stéréotypée.
Ce genre de détails m'embêtent, mais dans l'ensemble, Stockett réussit à faire passer la pilule car elle est une bonne conteuse.

De même, les personnages masculins m'ont fait tiquer : ils sont déjà peu nombreux mais ceux présents sont superficiels et caricaturaux. Seuls deux personnages masculins sont récurrents :  le mari alcoolique qui bat sa femme pour le plaisir et le petit-ami beau mais amoureux de son ex-fiancée. Je trouve cela dommage car développer les personnages masculins aurait rajouté du réalisme au livre.


San Augustine, Texas, 1943.
Photographie de Vachon John.
Bien que certains des personnages m'ont insatisfait, l'auteur réussit à nuancer le relationnel : si certaines patronnes blanches sont réellement cruelles, d'autres le sont moins. Quelques-unes sont même profondément attachées à leur bonne. De même, si certaines noires détestent réellement les blancs, d'autres ont un amour infini pour leur famille. La complexité de cette relation est difficile à décrire et je pense que Stockett s'est rapprochée de la réalité, mais sans jamais l'atteindre. Il est vrai que je ressors légèrement insatisfaite car le livre ne fait pas assez ressentir ce que c'est qu'être noire :  l'humiliation, la peur, le dénigrement éprouvés ne sont jamais totalement transparents dans ce roman.
De ce fait, le livre ne me donne pas de choc émotionnel.

Une autre raison qui fait que le livre ne me secoue pas est la fin, très idéaliste à mes yeux.
Spoiler:
Il est vrai que Skeeter subi les conséquences de son livre : elle perd ses amis, son petit-ami et sa vie sociale en entier. De même, certaines bonnes paient la vérité en perdant leur travail. Cependant, dans l'ensemble, je trouve que c'est bien peu par rapport à ce qui a été mis en jeu.
Au final, bien que ma lecture était appréciable et divertissante, je pense ressortir de ce livre sur ma faim. Le sujet est passionnant et aurait mérité plus d'approfondissement. Pour le moment, j'ai l'impression d'avoir frôlé la réalité, sans la saisir dans son entièreté.

Il n'empêche que le livre reste intéressant pour celui qui connaît peu la situation du Mississippi. Les personnages, malgré une légère tendance à la caricature, restent attachants et leurs rapports sont complexes, tiraillés entre la haine et l'amour.


Malgré une enfance dans le Mississippi, Kathryn Stockett a certainement le mérite d'essayer de se mettre à la place de l'autre, tout en réalisant qu'elle ne capturera jamais la complexité de la situation vécue par une noire. Cela demande une grande ouverture d'esprit et une remise en question difficile, je ne peux que saluer sa démarche.

En bref :
  • Points positifs : sujet intéressant, personnages sympathiques, lecture rapide et divertissante.
  • Points négatifs : le sujet aurait mérité de la profondeur afin de tendre vers plus de réalisme, manque cruel de personnages masculins crédibles.
Avez-vous lu ce livre ? 
Quel était  votre personnage préféré ? 
Que pensez-vous de la situation dans les années 60 au Mississippi ?
Laissez un commentaire !

2 commentaires:

  1. Malgré quelques points, le livre semble vraiment intéressant et j'avoue que le sujet me plait pas mal aussi. merci de la découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, lance-toi ! Malgré les points négatifs, ca reste une histoire bien racontée et une bonne introduction au sujet :) Si le sujet t'intéresse, je comptais bientôt parler d'un petit livre d'histoire sur la condition des Noirs en Amérique. Je l'ai lu en parallèle à ce roman, et c'était très intéressant !
      Merci à toi pour ton commentaire :)

      Supprimer